Le bien-être par la nourriture

Aujourd’hui nous savons que ce que nous mangeons a une énorme incidence sur notre bien-être. Nous pouvons remarquer que lorsque nous mangeons mal, notre humeur souffre, nous sommes moins enclins à la compassion, au rire, à la tolérance. Nous avons moins bonne mine. Et de le constater renforce notre mauvaise humeur. Nous sommes dans le cercle vicieux du mal-être.

Lorsque nous faisons attention à notre nourriture, nous prenons soin de nous, de notre santé, nous nous donnons du plaisir. Ce plaisir nous nourrit de bien-être (au sens propre et figuré) surtout si nous y rajoutons un état d’esprit joyeux (en évitant de regarder les informations au moment des repas par exemple). C’est le moment d’échanger des souvenirs, des anecdotes amusantes, d’élaborer des projets créatifs, de prendre le temps de sentir les goûts divers et variés que nous sommes capables de différencier.

Faire fonctionner nos papilles et prendre plaisir à goûter des saveurs connues ou nouvelles est une démarche sociale, que nous soyons seul (en nous faisant du bien nous nous permettons d’être plus serein, calme, ouvert à la communication bienveillante) ou accompagné.

Ce plaisir-bien-être, nous permet de prendre soin de nous mais également des autres car il se partage, se transmet. L’ambiance festive, la convivialité qui enveloppent un repas, que nous soyons seul ou accompagné, va permettre à notre corps de produire de l’ocytocine, l’hormone qui sécrète le plaisir, le bien-être. Cette hormone si influente sur notre humeur et dans l’apaisement des douleurs.

S’occuper de notre nourriture, appréhender un aliment, le choisir avec les yeux, le toucher, le sentir, le goûter, l’entendre rissoler, nous permet d’approfondir nos sens et stimule de façon simple notre créativité. C’est de ce fait, un outil d’épanouissement personnel. En développant nos 5 sens, nous apprenons à mieux nous connaître, à accepter nos spécificités, nos différences, à nous sentir mieux dans notre corps. Notre relation à nous-même et aux autres devient plus fluide, plus satisfaisante. Ainsi, nous sommes mieux disposés à accepter et à créer le bien-être.

C’est également un moment de détente, une pause qui nous permet de nous régénérer, de souffler, et de nous recharger pour commencer ou continuer une journée.

En nous souciant de ce que nous mangeons et comment nous mangeons, nous avons une action sur notre santé, notre moral, sur le stress, sur notre sommeil, sur notre être en entier. Bien sûr tout ne se règle pas uniquement avec notre nourriture. Mais, lorsque nous trouvons du plaisir dans ce que nous mangeons, nous ouvrons la porte au cercle vertueux de recherche de bien-être.

- Prendre bien ou mal les choses.
- Positif ou négatif ?
- L’imagerie du subconscient.
- Fais aux autres ce que tu veux qu’ils te fassent !
- Ça y est, je suis parent !
- Le choix de l’éducation bienveillante.
- Pourquoi Ho’oponopo, EFT et les autres ?
- Nos 5 sens
- Qu’est-ce qu’un ancrage ?
- L’herbe est-elle vraiment plus verte chez le voisin ?
- Premier Amour
- Qu’est-ce que le bien-être ?
- Le bien-être par le corps