L’herbe est-elle vraiment plus verte chez le voisin ?

Nous désirons souvent ce que nous n’avons pas : quand nous sommes jeunes, nous avons, la plupart du temps, hâte de grandir parce que les adultes font des choses extrêmement tentantes.
Plus tard, nous regrettons l’insouciance de « quand nous étions jeunes », alors nous nous mettons en quête de la fontaine de Jouvence.
De là à conclure que nous voulons une chose et son contraire, que nous sommes d’éternels insatisfaits, et que l’herbe est toujours plus verte chez le voisin, il n’y a qu’un pas. Que nous franchissons !
Oui mais pourquoi ?

Peut-être parce que nous n’avons pas à tondre l’herbe du voisin ?

Formatés dans notre éducation par des injonctions ou des jugements qui nous enferment : «  il faut, tu dois, tu dis n’importe quoi, tu peux faire mieux, tu ne feras jamais rien de bon dans la vie, tu es nul, sois un exemple, tu ne peux pas échouer, pour qui tu te prends, sois quelqu’un !… » nous avons une opinion de nous-même complètement faussée, insatisfaisante.
De ce fait, ce que nous disons, pensons, faisons, réalisons nous rend inférieur, supérieur ou sauveur des autres (triangle de Karpman). Nous entrons donc en compétition avec le monde.
À partir de là, nous épions l’herbe du voisin : juste pour comparer. Et comme nous sommes d’éternels insatisfaits et que notre amour propre, nourri par la compétition, attise et justifie les sentiments de supériorité, d’infériorité ou de sauveur, nous la croyons sincèrement plus verte.
Alors cette herbe plus ou moins verte devient responsable de notre bonheur ou de notre malheur.

Peut-être que l’herbe n’est ni plus verte, ni moins verte, mais qu’elle est seulement chez le voisin ?

Et que si nous allions demander au voisin ce qu’il pense de notre herbe, il nous dirait qu’elle est beaucoup plus verte que la sienne.
Et que, même, depuis chez lui, elle nous paraîtrait, à nous, vraiment plus verte que lorsque nous sommes dessus.
On pourrait dire que c’est alors seulement une idée que l’on se fait en rapport avec notre formatage. Une façon de voir les choses. Juste liée à l’endroit où nous posons notre caméra et de ce fait, à l’image que nous nous faisons de nous-mêmes.

Alors, votre caméra, vous la posez où ?

- Prendre bien ou mal les choses.
- Positif ou négatif ?
- L’imagerie du subconscient.
- Fais aux autres ce que tu veux qu’ils te fassent !
- Ça y est, je suis parent !
- Le choix de l’éducation bienveillante.
- Pourquoi Ho’oponopo, EFT et les autres ?
- Nos 5 sens
- Qu’est-ce qu’un ancrage ?
- Premier Amour
- Qu’est-ce que le bien-être ?
- Le bien-être par la nourriture
- Le bien-être par le corps